Approfondir : Les sélections.

Philippe LASSERRE ; MAJ: Février 2022.

Une sélection sert à isoler une ou des parties d’une image. La sélection de zones spécifiques permet de retoucher et d’appliquer des effets et des filtres sur la zone sélectionnée, sans affecter les zones non sélectionnées. Elle permet aussi de créer des calques et des masques avec la zone sélectionnée. Nous verrons la similitude entre sélection et masque.

La sélection permet par ailleurs d’isoler un objet (on parle de détourage) ou un fond pour y appliquer des traitements spécifiques ou pour effectuer un montage.

Pour sélectionner, on utilise des outils de sélection (rectangle de sélection, lasso, sélection rapide…) ; nous allons passer en revue ces outils en montrant quand et comment les utiliser et aussi à chaque fois montrer un exemple d’utilisation de la sélection. On parlera aussi les masques de fusion et les couches alpha tant ils sont liés aux sélections.

Si les graphistes ou les vieux utilisateurs sont fans de la plume (elle est très précise mais la sélection est longue et nécessite du savoir faire), la tendance est maintenant d’utiliser des outils de sélection automatique (sélection de sujet, d’objet, de fond) et d’améliorer la sélection ensuite avec le panneau « Sélectionner et masquer ».

Vous pouvez lire ce tuto de haut en bas (la fin est plus complexe) ou allez sur un chapitre précis grâce au plan ci-dessous.

Plan :

Les différents outils de sélection :

 

Quelques méthodes sur les sélections :

Une zone sélectionnée est limitée par des pointillés mobiles :

sélection1

Ce qui est à l’intérieur est sélectionné, ce qui est à l’extérieur n’est pas sélectionné. On peut intervertir la sélection (menu Sélection>Intervertir ou Maj Ctrl I) ) et ainsi sélectionner ce qui ne l’était pas et vice versa.

On verra que les pointillés limitent les zones qui ont au moins 50% de sélection ; car en effet la sélection peut être plus ou moins « transparente » ; cela permet de créer des sélections progressives.

Sélection : Rectangle de sélection.

Le rectangle de sélection : c’est bien pratique quand on a une sélection carrée ou rectangulaire à faire. Pourquoi faire plus compliqué ?

Il faut cliquer sur l’outil rectangle de sélection à gauche dans la barre d’outils pour sélectionner cet outil : icone_rectangle . Raccourci : M.

Là dans l’image, avec la souris, on appuie sur le bouton gauche, on déplace et on lâche le bouton (Cliquer/glisser). Cela détermine le rectangle de sélection. Ci-dessous on a sélectionné la porte :

 

sélection2

Dans la barre des propriétés, on peut mettre ou non un contour progressif (2), un contour progressif d’un ou deux pixels améliore le rendu quand on fait des montages.

La liste ‘style’ est moins utilisée (3), elle permet de sélectionner avec des dimensions fixes ou proportionnelles.

On peut déplacer la sélection en cliquant dedans et en déplaçant.

Appuyer sur la touche majuscule (puis sélectionner), cela contraint à tracer un carré. Appuyer sur Alt, et la sélection se trace autour du point de départ ; le premier clic n’est plus un coin mais le centre. Ces deux touches fonctionnent ainsi s’il n’y a pas encore de sélection.

Modifier la sélection : Ctrl T. Si on veut modifier le tracé de la sélection une fois qu’elle est présente (je dis bien les pointillés de la sélection, le tracé de la sélection ; pas le contenu), il faut passer par le menu Sélection > Transformer la sélection  ou Ctrl T. Là il apparaît des poignées sous forme de petits carrés.

Selection_transformation.jpg

Il est possible de modifier les dimensions de la sélection, de faire faire une rotation (si le rectangle à sélectionner n’est pas bien horizontale) , si le curseur est un peu à l’extérieur d’un coin il se transforme en curseur de rotation  ; on clique/déplace pour faire une rotation.

Si on clique sur déformation on peut déformer la sélection (les pointillés) avec les poignets et les tangentes ; ce qui est bien pratique car du fait des déformations de l’objectif, on a rarement sur une photo une zone complètement rectangulaire. 

On peut agrandir, faire une rotation à la sélection (et validez la transformation avec la coche à droite de la barre d’option).

Que faire de cette sélection ? Un exemple : Sélectionner un élément et l’isoler sur un calque.

Quand il y a une sélection,  Ctrl J permet de créer un calque par copier contenant uniquement le contenu de la sélection (4 sur la première photo ci-dessus).

Cette méthode pour isoler un élément n’est pas la meilleure ; il est préférable au préalable de dupliquer le calque, de sélectionner et d’ajouter un masque de fusion. Ainsi on pourra ultérieurement corriger, si nécessaire, les erreurs de sélection.

Sélection : Ellipse de sélection.

L’ellipse de sélection : c’est bien pratique quand on a une sélection à faire sur un cercle ou une ellipse.
Pour sélectionner l’ellipse : clic sur son icône à gauche dans la barre d’outils  icone-ellipse (1) ; si elle n’est pas visible dans les outils, clic droit sur le rectangle de sélection, elle apparaît dans la liste. Comme pour le rectangle, pour sélectionner il faut un appui sur le bouton gauche on déplace, on lâche.

sélection6

 

– S’il n’y a pas encore de sélection :

Maj enfoncée pendant le déplacement force à un cercle parfait.

Alt permet de tracer en partant du centre (et pas d’un coin).

– S’il a déjà une sélection :

Maj rajoute (une ellipse) à la sélection précédente.

Alt soustrait à la sélection précédente.

Quand la sélection est en cours, cliquez dans la sélection/déplacer la sélection.

Ctrl H permet de ne plus voir les pointillés qui limitent la sélection, pour mieux peindre par exemple.

Que faire de cette sélection elliptique ?

Un exemple : Créer un calque de réglage qui n’agira que sur le zone sélectionnée.

On peut ajouter un calque de réglage « Luminosité/Contraste » par exemple en passant par l’icône d’ajout de calque de réglage (3) ; quand on choisit d’ajouter un calque de réglage, PS ajoute le calque de réglage, mais, comme il y a une sélection en cours il met dans le masque de fusion du blanc sur les zones correspondant à la zone sélectionnée ; ce qui fait que le réglage de luminosité/contraste n’agit que sur la zone précédemment sélectionnée. Sympathique ! On peut par exemple vouloir éclaircir un cercle sur la photo : on le sélectionne puis on ajoute un calque de réglage luminosité : ce réglage n’agira que sur le cercle.

 

sélection5

 

Une dernière remarque : bien se souvenir qu’on sélectionne sur le calque courant uniquement (celui dont la ligne est en gris clair dans le panneau des calques).

Sélection : Ajout et retrait de sélection :

C’est un principe général dans les sélections ces notions d’ajout et de retrait à la sélection : regardez dans la barre des propriétés en haut (2) ; par défaut c’est l’icône de gauche qui est sélectionnée _07 Bouton outil nouvelle selection : si on crée une sélection cela efface la précédente ;  si on sélectionne à la souris la seconde icône _08 Bouton outil ajouter a la selection, on ajoute à la sélection déjà présente la nouvelle sélection ; avec l’icône suivante _09 Bouton outil soustraire a la selection on soustrait la nouvelle sélection à la sélection précédente ; avec l’icône de droite, on fait la différence des sélections _10 Bouton outil intersection avec la selection.

selection4

Alt et Maj sont des raccourcis clavier pour « soustraire » et « ajouter » : on le voit bien, si on appuie sur Alt, l’icône d’ajout est sélectionnée. Ces raccourcis fonctionnent quand il y a déjà une sélection.

Donc si on veut que cela crée une nouvelle sélection en désélectionnant la précédente, il faut utiliser la première icône à gauche _07 Bouton outil nouvelle selection.

Il est aussi possible de rajouter/soustraire de la sélection en utilisant d’autres outils de sélection : on peut sélectionner un rectangle, ajouter un rond, soustraire une partie avec le lasso.

Quand on est en mode ajout, il y a généralement un petit « + » à côté du curseur ; et un « – » quand on est en soustraction.

 

 

Sélection : Lasso de sélection.

Le lasso de sélection : c’est bien pratique quand on a une sélection très grossière et à faire très rapidement. Pourquoi faire plus compliqué ?

On clique sur l’outil lasso icone_lasso (1) à gauche puis on appuie sur le bouton gauche dans l’image, on déplace rapidement la souris pour entourer grossièrement un élément de la photo ; on ferme la forme en revenant au point de départ, on lâche le bouton ; la sélection est faite.

Si on lâche le bouton de la souris loin du point de départ PS ferme quand même la sélection avec un trait droit entre le curseur et le point de départ.

Que faire de la sélection ?

On peut sélectionner rapidement une zone à remplir :
Ici un exemple, j’ai envie d’enlever ce bout de fenêtre en haut à gauche de la photo ; je le sélectionne au lasso (en sélectionnant un peu large ; je peux passer à l’extérieur de l’image sans problème) puis j’ouvre le menu Édition (3) et je clique sur « Remplir » ; dans le panneau remplir, j’ouvre la liste « remplir avec » et je choisis « contenu pris en compte » (4) puis « Ok » : le bout de fenêtre disparaît. Génial ! PS a rempli la sélection en prenant en compte ce qu’il y a autour.

sélection7

J’utilise cette méthode très performante pour éliminer rapidement des éléments indésirables. On verra qu’il y a une méthode « non destructrice » pour faire cela.

En passant, on peut « lisser » un contour (2) bien que dans le cas présent cela ne soit pas très utile.

 

Sélection : Mémoriser, effacer une sélection.

Une notion touchant toutes les sélections :

Dans le menu « Sélection » on peut « Mémoriser la sélection« . Au cours d’une sélection difficile et longue il est conseillé de l’enregistrer ; idem pour utiliser une sélection plus tard. On parle d’enregistrer le tracé de la sélection, les pointillés (pas le contenu de la sélection).

 

selection_memoriser

La sélection est enregistrée sous forme d’une couche alpha visible dans le panneau « Couche ». Il peut y avoir plusieurs sélections enregistrées avec des noms différents.

La sélection sera ainsi conservée même si on ferme l’image et qu’on ouvre de nouveau l’image.

 

Ultérieurement il sera possible de « Récupérer la sélection » toujours par le menu Sélection.

selection_recuperer.JPG

On choisit la sélection à récupérer en déroulant la liste « Couche » (s’il y en a plusieurs).

Une possibilité méconnue : S’il y a une sélection déjà présente, la sélection récupérée peut remplacer, s’ajouter ou se soustraire à la sélection déjà présente (voir le cadre « Résultat. » du panneau).

Maj Ctrl D permet de rappeler la dernière sélection si on l’a effacée (et pas enregistrée).

Pour effacer une sélection (les pointillés, pas le contenu) c’est Ctrl D.

Donc s’il y a une sélection très longue, enregistrez la sélection de temps en temps.

Il y a un menu « Sélection » qui contient plein de commandes relatives aux sélections.

selection23

On peut utiliser le menu Sélection>Modifier pour lisser, dilater, contracter, mettre un contours progressif à la sélection.

On peut aussi utiliser « Transformer la sélection »  (Ctrl T).

 

Sélection : Lasso polygonal.

Le lasso polygonal de sélection : c’est bien pratique quand on a une sélection avec des bords droits mais qui n’est pas un rectangle. Pourquoi faire plus compliqué ?

On clique sur l’outil lasso polygonal icone_lassopoly (1). Toujours pareil, si vous ne le voyez pas dans la barre d’outils, faire un clic droit sur le lasso pour faire apparaitre la liste des lassos.

On clique successivement sur les différents coins de l’objet à sélectionner, cela fait des lignes noires :

Jusqu’à fermer la sélection. Noter bien que les segments sont des droites (et pas des courbes). 

Si on appuie sur SHIFT (MAJ) cela force les lignes à être horizontales, verticales ou à 45 °.

Si on appuie sur ALT en même temps qu’on clique sur un point, et qu’on continue à appuyer, on passe temporairement en lasso simple. Cela permet d’ajouter un segment non droit et à main levée.

On peut fermer le tracé manuellement en cliquant sur le point de départ pour transformer le chemin en sélection. (Quand on est près du point de départ, il y a en plus sur le curseur un petit cercle qui indique qu’on peut fermer la sélection). 

Pour fermer automatiquement la sélection il faut faire un double clic, taper sur « Entrer » ou faire Ctrl+Clic ; cela rejoindra à partir de la position actuelle, le point initial.

La touche Suppr efface le précédent point (pas quand on est en lasso simple).

Si vous êtes perdu, appuyer sur Echap.

 

Sélection : lasso magnétique.

Peu utilisé maintenant, le Lasso magnétique s’utilise en cliquant en début de tracé puis en se déplaçant le long de la zone à sélectionner. Il faut un contraste, un changement de couleur sur la limite de la zone à sélectionner pour que le « magnétisme » agisse et attire la sélection sur le bord ; le tracé se forme automatiquement par ajout de points. Fermez le tracé en allant cliquer sur le premier point.

 

lassomagnetique

 

Sélection : Outils dans une sélection.

Quand une sélection est présente et que vous utilisez un outil, comme le pinceau par exemple, l’outil ne fonctionne QUE dans la zone sélectionnée.

Selection8

Pour peindre sur un bord droit sans déborder, faites une sélection droite et peignez dedans, si vous débordez, le pinceau n’agira pas hors de la sélection (2). Ci-dessus avec le pinceau j’ai largement barbouillé de noir ; le noir a été déposé uniquement dans la sélection.

-Cela explique parfois que le pinceau ne fonctionne pas : vous avez fait une sélection (vous n’y pensez plus) et vous tentez de peindre sans succès car vous êtes hors de la sélection. Il suffit de taper Ctrl D pour désélectionner et le pinceau marche partout.

-De même que pour le pinceau, les filtres et réglages ne seront appliqués qu’à l’intérieur de la sélection s’il y en a une. S’il y a une sélection et que vous appliquez un flou, le flou apparaît uniquement dans la sélection. Mais c’est une mauvaise méthode pour faire un traitement localisé ; il est préférable de passer par les calques et les masques pour appliquer les traitements locaux (Pour faire un traitement localisé il faut sélectionner la zone à traiter puis créer le calque de réglage correspondant ; un masque sera automatiquement ajouté qui limitera l’action du calque de réglage à la zone sélectionnée ; c’est non destructeur et réversible).

 

Sélection : Où se fait la sélection, où agit la sélection ?

Une autre notion importante : Attention sur quel calque on sélectionne et où agit la sélection.

Quand on sélectionne avec les outils de sélection automatique, s’ils doivent chercher un bord pour sélectionner, une différence de tonalité pour détecter ce bord par exemple, et bien ils font leur recherche sur le calque actif. C’est le cas de l’outil de sélection rapide, la baguette magique, les outils « magnétiques ».

Si vous voulez sélectionner un objet avec la sélection rapide mais que le calque actif n’est pas le calque où il y a cet objet, le pinceau de la sélection rapide va sélectionner n’importe quoi. Pour sélectionner l’objet il faut au préalable cliquer sur le bon calque ou bien choisir dans la barre d’option « Echant. tous les calques ». .

Quand il y a une sélection présente, on la voit sous forme de pointillés au-dessus de l’image. Mais son action de sélection se fait exclusivement sur le calque ou le masque de fusion ACTIF (celui où on est).

Un exemple : si une sélection est en place et que vous remplissez avec du noir (menu Edition>Remplir) ; étant sur un calque c’est ce calque qui sera rempli dans les limites de la sélection. Si vous avez au préalable cliqué sur l’icône d’un masque de fusion c’est ce masque de fusion qui sera rempli dans les limites de la sélection.

Autre exemple : si après avoir sélectionné un objet et que vous utilisez un filtre pour flouter ; le flou va être appliqué sur le calque ou le masque actif (en cours).

 

Sélection9

Sélection : déplacer la sélection, le contenu.

On peut déplacer la sélection (les pointillés) en cliquant dans la sélection et en se déplaçant par cliquer/déplacer donc.

Pour déplacer ce qui est à l’intérieur de la sélection, cliquez sur l’outil déplacement (V) puis par cliquer/déplacer ; vous déplacerez le contenu de la sélection, mais attention cela « emporte » les pixels ; sur l’endroit de départ il y aura maintenant la couleur de fond :

Pour déplacer le contenu de la sélection sans déplacer les pixels (sans laisser de trou où on voit le fond), le plus simple est de :

  • Dupliquer le calque,
  • Sélectionner,
  • Ajouter un masque sur le calque supérieur (cela crée un masque correspondant au contenu de la sélection),
  • Cliquer sur ce calque nouvellement créé,
  • Cliquer sur l’outil déplacement,
  • Cliquer/déplacer le calque contenant la sélection. 

Remarquez qu’après avoir sélectionné, on peut copier (Ctrl C) puis coller (Ctrl V), cela produit aussi un calque avec la sélection qu’on peut ensuite déplacer avec l’outil de déplacement.

Ctrl T transforme lui le « contenu » de la sélection et peut aussi laisser des pixels vides ; la aussi on peut créer un calque avec un masque contenant la sélection et le transformer par Ctrl T sans avoir de pixels vides.

 

Sélection : Baguette magique.


La Baguette magique. : C’est bien pratique quand on a une zone très homogène et que la limite est très contrastée.

On clique sur l’outil baguette magique à gauche iconre_bagtmag(1) (clic droit sur l’outil de sélection rapide si la baguette magique n’est pas visible). Puis on clique dans le ciel (dans notre exemple) et wouhaa !! c’est magique, le ciel est sélectionné. Il faut avouer qu’ici c’est magique car le ciel est homogène, bien délimité par rapport aux bâtiments, qu’il n’y a pas d’antennes…

Sélection9

D’autres fois le résultat peut être catastrophique.

Pour affiner l’effet, on peut modifier la « Tolérance » (2), dans la barre d’option en haut, qui va permettre de sélectionner plus ou moins largement.

On peut choisir de sélectionner des Pixels non contigus (3) : s’il y avait eu un gros câble coupant le ciel, la sélection de pixels non contigus aurait sélectionné les deux portions.

On note (4) qu’avec cet outil on peut choisir de chercher les limites de zones sur le calque actif uniquement ou sur tous les calques (en cochant « Echant. tous les calques« ).

Que faire de cette sélection ?

On peut vouloir changer ce ciel sans âme : une fois la sélection effectuée, il faut l’intervertir (menu Sélection >Intervertir ou Maj Ctrl I) puis  créer un masque correspondant ciel. Il suffira de mettre dessous un calque avec un beau ciel. On verra plus loin qu’il peut être nécessaire d’améliorer le contour.

Ctrl Maj I permet d’intervertir une sélection.

Sélection : Sélection rapide.

L’outil de sélection rapide : c’est très performant et rapide.

L’outil détecte les contours en cherchant les limites de contraste, de luminosité, de couleur en suivant le trajet de la souris.

Allez chercher l’outil à gauche icone-selction rapide (1).

Il faut cliquer à l’intérieur de la zone à sélectionner et « peindre » dedans avec le pinceau de sélection rapide. Il faut passer à l’intérieur sans toucher aux contours. La sélection va apparaître sous le pinceau puis se dilater jusqu’aux bords (il peut y avoir un léger temps de latence). On peut procéder par touches successives en cliquant plusieurs fois dans des petites zones à sélectionner (ainsi, si on déborde, on peut revenir en arrière avec Ctrl Z). Ne pas hésiter à modifier la taille du pinceau qui doit être inférieure à la zone à sélectionner mais pas trop petite tout de même. Pour cela ouvrir la liste (4) ou utiliser sur PC Alt Click droit et déplacer le curseur à droite ou à gauche pour modifier la taille du curseur.

Alt permet d’avoir un outil de sélection en procédant de la même manière.

On peut là aussi, chercher les contours sur le calque actif seul ou tous les calques (2). Si la sélection sélectionne n’importe quoi c’est que vous faites une sélection sur un calque actif vide ou pas sur le bon calque.

On peut aussi ajouter ou soustraire de la sélection (3).

Que faire avec la sélection ?

Créer un masque de fusion.

Vous avez fait une sélection sur votre calque de pixel (calque standard d’image). Si vous cliquez sur l’icône de création de masque de fusion (5), vous aurez un masque de fusion avec la sélection en blanc. Génial !

selection10

Second usage ; si on ajoute un calque de réglage, calque « luminosité » par exemple, celui-ci sera ajouté avec un masque de fusion ou la zone précédemment sélectionnée est en blanc. Ainsi, le réglage de luminosité agira uniquement sur la dent dans l’exemple ci-dessus.

Une remarque : les calques de réglages ont systématiquement un masque de fusion, alors que les calques de pixels n’en ont pas (il faut l’ajouter comme ci-dessus).

Sélection : Sélectionner un sujet.

Depuis la version 19.1 (janvier 2018), il existe un nouveau mode de sélection qui utilise l’intelligence artificielle . À condition d’avoir un fond plutôt homogène, il est possible de sélectionner automatiquement un ou des personnages ou objets de premier plan. Aucun réglage et aucune options.

Il suffit de cliquer sur le bouton « Sélectionner un sujet » qui est situé dans la barre d’option (de la baguette magique ou de la sélection rapide) ; on peut aussi passer par le menu Sélection >Sujet. La sélection se fait automatiquement. Il faut parfois corriger un peu ensuite avec le mode masque ou le panneau « Sélectionner et masquer » par exemple, car il peut y avoir des petites erreurs de détourage.

Cette fonction sélectionne uniquement sur le calque actif et ne tient pas compte d’un masque de fusion.

selection11

 

On a aussi accès à cette fonction par le menu Sélection>Sujet. Dans le panneau de propriété ((menu Fenêtre>Propriétés s’il n’est pas présent) du calque il y a aussi un bouton « Sélectionner le sujet ».

Cela peut être aussi utilisé pour des objets. Cela peut sélectionner plusieurs sujets s’il y en a plusieurs (le résultat n’est pas toujours heureux).

Sélection : supprimer l’arrière plan.

Puisque la mode est à l’IA et aux trucs automatiques, voici une fonction dans PS permettant d’éliminer l’arrière plan en un clic (Il faut avoir la version 21 au minimum).
Cliquez sur le calque de l’image (le calque doit être déverrouillé pour que cela marche). Dans le panneau « Propriétés » du calque (menu Fenêtre>Propriétés s’il n’est pas présent), cliquez sur « Supprimer l’arrière plan », il faut parfois dérouler le panneau et aller en bas pour trouver le bouton , PS ajoute un masque sur l’arrière plan ; il suffit de mettre un fond derrière.
Bon c’est comme tout ces trucs automatiques,, si le sujet est clairement limité cela marche bien, sinon…. Pour supprimer un ciel, cela ne marche pas. Il faut un calque de pixel ; cela ne fonctionne pas sur un calque dynamique.

Sélection : Sélectionner un objet.

Depuis la version 21.0.3 de Ps il y a un outil supplémentaire : « l’outil de sélection d’objet » qui utilise l’intelligence artificielle. 

Si vous ne le voyez pas, clic droit sur le sélection rapide pour le faire apparaitre. Il peut ne pas être encore dans les outils :   passez par le menu Edition>Outils. Et passez l’outil « Sélection d’objet » de droite à gauche pour le faire apparaître dans la palette d’outil.

a- On peut sélectionner un objet en délimitant une zone (avec un rectangle ou un lasso). 

On peut choisir le mode de sélection dans la barre d’option : Rectangle ou lasso. On peut échantillonner tous les calque sou pas.

Une fois l’outil sélectionné, allez, par cliquer/déplacer sur l’image, entourer l’objet à sélectionner d’un rectangle.

Dès que le bouton est lâché la sélection s’opère.

Génial (pas toujours comme avec ces outils automatiques).

On peut ajouter des zones manquantes en appuyant sur la touche Maj et en sélectionnant de nouveau un petit rectangle sur la zone à ajouter ; ou en appuyant sur Alt et en sélectionnant un petit rectangle ou il y a la zone à enlever. Cette sélection utilise l’intelligence artificielle d’Adobe Sense.

On peut aussi sélectionner plusieurs objets en ayant cliqué sur l’icone d’ajout et en sélectionnant chaque objet.

b- il est possible de voir les objets sélectionnables et de cliquer dessus pour les sélectionner.

Il faut pour cela cocher Finder d’objets, déplacer le curseur sur l’image ; si le curseur passe sur un objet détectable il apparait un masque en violet, cliquez dessus l’objet est sélectionné.

Cliquez sur l’icone carré à gauche de l’engrenage, tous les objets sélectionnables apparaissent avec un masque. Recliquez dessus pour revenir à  une image normale. L’icone engrenage permet de paramétrer l’outil. 

La sélection pourra toujours être améliorée en passant par le panneau « Sélectionner et masquer » ou en utilisant un autre outil en mode ajout ou soustraire. La sélection d’objet n’est pas très bonne pour les cheveux par exemple.

Sélection : La plume standard.


La sélection par la plume icone_plume : c’est un peu délicat à faire au début, un peu compliqué à utiliser pour les débutants, mais c’est très précis. Sans doute l’outil le plus performant, très prisé par les infographistes et ceux utilisant Ps depuis longtemps. A réserver aux non débutants et aux sélections difficiles.

Si vous avez un détourage à faire très précis car l’image va être imprimée en très grand, c’est l’outil de choix ; les outils « automatiques » sont moins précis  (la tendance actuelle est quand même de sélectionner avec les outils automatiques et de finaliser la sélection par le panneau Sélectionner et masquer »).

AmpouleIl faut absolument comprendre que l’outil plume fait un « tracé » par défaut, on le voit dans la barre d’option en haut :

Ce n’est ni un trait sur l’image ni une sélection ; une fois le tracé terminé, il faudra le transformer en sélection (ou en trait ou surface). On crée donc un tracé, qui une fois terminée sera transformé en sélection.

On peut aussi faire des formes avec la plume (en déroulant la liste « Tracé »).

 

Après avoir sélectionné la plume dans les outils, cliquez successivement pour marquer chaque point du tracé. Les segments seront droits (1 sur les schémas ci-dessous). Notez que le tracé ne suit pas automatiquement le bord d’un élément à sélectionner, c’est à vous de suivre le bord.

Mais si vous gardez le doigt enfoncé sur le bouton gauche et que vous déplacez la souris, une droite tangente à la courbe apparaît (2). Sans lâcher la souris, modifier la longueur de la tangente pour modifier la forme plus ou moins profonde du segment de tracé qui deviendra courbe ; la longueur du segment de la tangente règle la hauteur de la courbe (2) ; l’angle de la tangente module la forme (en effet la tangente est tangente à la courbe) ; on peut ainsi créer un tracé qui épouse le contour courbe à sélectionner.

Si l’avant-dernier point a une tangente, le dernier point va courber le segment entre les 2 points, mais en continuité avec la courbe du précédent segment (3).

Si deux tangentes se suivent, déplacer la tangente vers le haut (comme la tangente précédente) provoquera une courbe en « dôme » (4) ; déplacer la tangente vers le bas provoquera une courbe en S.

plume.jpg

Cliquez sur un point, il disparaît (cela ne marche pas sur le dernier) ; cliquez sur le tracé, cela ajoute un point supplémentaire.

Ctrl clic sur un point permet de le déplacer.

Alt clic sur un point puis déplacer la souris fait réapparaître la tangente et permet de modifier cette tangente.

Alt clic sur une ligne rajoute un point.

Pour fermer le tracé, cliquez sur le premier point.

Il y a deux outils. Sélection de tracé permettant de déplacer le tracé entier et sélection directe permettant de déplacer un point du tracé.

trace_outils.JPG

Pour arrêter d’ajouter des points, appuyez sur la touche Escape ; pour recommencer à ajouter des points sur un tracé ouvert, cliquer sur une des extrémités.

On peut enregistrer un tracé : dans le panneau des tracés qui apparaît automatiquement quand il y a un tracé, double-clic sur un des tracés, cela ouvre un panneau d’enregistrement du tracé :

selection12

Il y a un panneau « Tracés » qui contient les tracés.

Pour supprimer un tracé, clic droit sur l’image puis dans le menu « Supprimer ce tracé ».

Ctrl+Entrer transforme le tracé en sélection. Ou clic droit et ‘Définir une sélection’ ou clic sur « Sélection » dans la barre des propriétés.

Selection13

Pour voir comment utiliser la plume, visionner la très bonne vidéo de Frankie :

https://www.youtube.com/watch?v=Qru61gDgKD8

Sélection : La plume libre, la plume magnétique.

 

L’outil plume libre icone_plume2 permet de dessiner un tracé à main levée ; bon, il est très peu utilisé.

Tracez un trait le long de votre sélection (1), quand vous lâchez le bouton, PS transforme le trait en tracé de point (2) :

plume_libre.JPG

Vous pouvez en cliquant sur la roue dentée ouvrir un menu et modifier la valeur du champ « Adapt. des courbes ». Valeur de 0.5 à 10 ; plus la valeur est élevée moins il y aura de points et plus le tracé sera simple.

selection15

Pour poursuivre le tracé, cliquez sur le dernier point et poursuivez le dessin à main levée.

Fermez votre tracé et transformez-le en sélection comme pour la plume standard.

 

L’outil plume magnétique icone_plum_mag est une option de l’outil plume libre. Sélectionner l’outil plume libre et cliquez sur la case à cocher « Magnétique » de la barre d’option.

Dans le menu roue dentée, il y a des options de réglages.

Les outils suivants agissent sur les tracés :

trace.jpg

Sélection de tracé permet de déplacer la totalité du tracé.

Outil sélection directe permet de déplacer un point ; si on clique sur un segment et s’il est droit, on déplace le segment et ses deux points ; s’il n’est pas droit, on déplace juste la courbe.

 

Sélection : La plume de courbure.

La plume de courbure est beaucoup plus simple et intuitive à utiliser.

Elle est présente depuis Ps 2018 (v19).

Il suffit de cliquer pour mettre des points successifs le long du tracé. Cliquez une fois (par défaut) si vous voulez que le segment suivant du tracé soit incurvé et poursuive la courbe amorcée par les précédents points. A titre d’exemple ci-dessous, on clique les deux premiers points ; quand on clique le troisième point PS fait une courbe passant par les trois points. Donc retenir que des clics successifs tracent une courbe passant par les points.

selection17

Pour avoir des segments droits c’est différent. Cliquez deux fois pour que le segment suivant soit droit. Ensuite recliquez deux fois aussi sur le point suivant pour que le segment reste droit. Recliquez deux fois à chaque fois pour faire des droites.

Si le segment suivant est incurvé, PS incurve légèrement le premier segment par rapport au segment suivant pour faire une courbe harmonieuse. C’est très intuitif et simple.

Pour ajouter un point d’ancrage sur le tracé, cliquez simplement sur le milieu du tracé.

Pour convertir un point d’inflexion avec courbe en sommet, ou inversement, cliquez deux fois sur le point.

Pour déplacer un point d’ancrage, faites un cliquer/déplacer.

Pour supprimer un point d’ancrage, cliquez dessus et appuyez sur Suppr. Lorsque le point est supprimé, la courbe est redessinée par rapport aux points restants.

On peut passer de la plume de courbure à la plume standard (avec ses tangentes) et vice versa.

Une fois le tracé fermé (en cliquant sur le premier point) Ctrl+Entrer transforme le tracé en sélection. (ou clic droit et ‘Définir une sélection’ ou clic sur « Sélection » dans la barre des propriétés ).

Sélection : Vidéos sur les plumes.

Vidéo de Julien Pons sur la plume de courbure. https://www.youtube.com/watch?v=99MkVY2tTys

Sélection : Combinaison de sélection.

 

Une règle générale : on peut ajouter des sélections effectuées avec différents outils à des sélections : sélectionner un rectangle, ajouter une ellipse, ajouter une zone par sélection rapide et enfin une petite zone sélectionnée à la plume.

selection18

Il suffit de sélectionner avec un outil, et de passer à l’outil suivant en veillant bien à ce que l’icône d’ajout soit active (en cliquant dessus dans la barre d’option) ; puis de sélectionner avec le nouvel outil.

selection_ajouter.JPG

Il y a pour tous les outils de sélection, dans la barre d’option, des icônes permettant de choisir si nous faisons une nouvelle sélection, si nous ajoutons la nouvelle sélection à la précédente, si nous la soustrayons ou si nous faisons l’intersection des 2 sélections.

 

Sélection : Plage de couleur.

Bien plus puissante qu’on ne le pense ! On l’atteint par le menu « Sélection », puis « Plage de couleurs ».
Grâce à la liste « Sélection », il est possible :

  • De sélectionner une couleur précise (rouges, jaunes, verts…) ; dans mon expérience, cela marche assez mal produisant une sélection grise en demi-teinte. On pourra en mode masque contraster cette sélection.
  • D’utiliser une pipette (1) pour cliquer sur l’image dans la couleur à sélectionner. 
  • De sélectionner les TONS (voir la section dessous le chapitre sur la sélection de ton).
    Une fois la sélection effectuée, comme d’habitude on peut à l’aide de calques de réglage modifier à loisir la zone de couleur ou de tonalité désirée.
  • De sélectionner la peau (3) en ayant la possibilité de détecter le visage (cela détecte les couleurs vers 20 à 25 ° sur la roue chromatique).
  • De sélectionner les zones non imprimables (celles ou les couleurs ne font pas partie de l’espace de couleur de l’imprimante) pour pouvoir les désaturer un peu afin qu’elles rentrent dans l’espace de couleur de l’imprimante.

selection19

Alt+ Clic sur le bouton « Annuler » donne accès à « Re initialisation » de la sélection.

Revenons sur la pipette :

Avec la pipette on va cliquer sur la couleur à sélectionner. On peut sélectionner plusieurs couleurs successivement en utilisant la pipette « + »  ; on peut désélectionner aussi une couleur avec pipette « -« .

Le curseur « Tolérance » permet d’élargir ou de réduire la plage de couleur et ainsi  d’augmenter ou réduire  la sélection.

On voit un aperçu de ce qui est sélectionné dans la fenêtre du panneau si on a cliqué sur « Sélection » juste en dessous. On peut cliquer sur cette petite image avec la pipette pour sélectionner mais c’est plus pratique de cliquer avec la pipette dans l’image principale (pas dans le panneau).

Pour ma part je préfère sélectionner sur l’image principale et voir ce que j’ai sélectionner sur le panneau.

La liste inférieure nommée « Prévisualisation » permet différente vue sur l’image principale (pas sur le panneau).

Pour la sélection des tons voir dessous le chapitre sur les masques de luminosité.

Petite vidéo sur la sélection par plage de couleur : https://www.youtube.com/watch?v=ZtmjH7bLOOQ

Sélection : filtre Camera Raw et les masques de gamme pour travailler sur une couleur.

Existe depuis décembre 2017 dans Camera Raw et Lightroom.

Il faut dupliquer le calque et sur le calque supérieur passer par le menu Filtre pour appliquer le filtre Camera Raw.

On pouvait sélectionner une zone localisée avec un outils de sélection et appliquer un réglage (exposition, saturation…) dans le filtre.

On peut sélectionner :

  • avec le pinceau,
  • avec un filtre radial,
  • avec un filtre gradué,
  • sélectionner le sujet,
  • sélectionner le ciel,
  • sélectionner une gamme de couleur,
  • sélectionner une gamme de luminance.

Il faut ensuite faire les modifications dans Camera Raw. De retour dans Ps, le calque sera modifié.

Voir ICI.   (et Voir le futur tuto sur Camera Raw).

 

Sélection par zone de mise au point.

On passe par le menu « Sélection » puis « Zone de mise au point ».

Cela permet de sélectionner la zone nette alors d’une zone floue n’est pas sélectionnée.

La sélection se fait dès que le panneau s’ouvre, il y a un curseur « plage de netteté » permettant de modifier la plage sélectionnée.

selection20.JPG

Il est possible d’ajouter ou d’enlever des zones avec les outils « Sélection rapide+ » et « Sélection rapide – » qui sont à gauche du panneau. Il faut cliquer sur l’outil et aller peindre dans les zones à ajouter ou enlever.

Cette méthode à ses limites : une zone sans texture sera considérée comme floue alors qu’elle peut être nette.

Certains photographes détournent son usage simplement pour voir ou a été faite la mise au point.

On peut afficher le résultat de la sélection de différentes manières (Liste « Vue: ») et sortir du panneau sous forme de sélection, de calque, de masque.

 

Sélection : des tons clairs, moyens ou foncés ; masque de luminosité, de gamme.

On peut sélectionner les tons clairs, les tons moyens, les tons foncés pour un traitement particulier : vouloir éclaircir les tons clairs par exemple. On est dans les masques de luminosité, là.

Première méthode : utilisez le panneau plage de couleurs :

On passe par le menu « Sélection », puis « Plage de couleurs ».
Grâce à la liste « Sélection », il est possible
de sélectionner les TONS clairs, moyens ou foncées.


Une fois la sélection effectuée, comme d’habitude on peut à l’aide de calques de réglage modifier à loisir la zone de couleur ou de tonalité désirée.

Non seulement on peut indiquer la tolérance de sélection, mais le curseur « Gamme » permet de définir la plage tonale à sélectionner, ce qui est extrêmement puissant ; pour les tons moyens il y a DEUX curseurs permettant de définir une petite plage de tons bien précise : on peut ainsi sélectionner de multiples plages de tonalités différentes et faire des masques de luminosité pour chacune d’elle.

C’est méconnu mais extrêmement puissant.

Deuxième méthode : utilisez les couches.

En passant par le panneau « Couches » :

Ouvrir le panneau couche (1),

On peut directement utiliser la couche RVB qui indique déjà les zones claires en blanc. Dupliquez cette couche puis transformez la en sélection avec l’icône du cercle pointillée en bas. Mais il y a mieux.

Ctrl -clic sur la couche RVB (2), cela sélectionne la zone la plus lumineuse de l’image.

Clic sur l’icône (3) en bas du panneau pour transformer cette sélection en couche alpha.

masquelum1.JPG

Renommez cette couche (4)  « clair ».

Ctrl Alt Maj et clic sur la couche « clair » , cela créé une sélection des tons encore plus clairs. Clic sur l’icône 3 pour en faire une couche alpha que l’on nommera « plus clair ».

Même manœuvre pour une couche « très claire ».

On passe au masque sombre :

On reprend la couche « clair », Ctrl I l’inverse et donne la couche « sombre ».

Même méthode que ci-dessus pour obtenir la couche « plus sombre » et « très sombre ».

Pour les tons moyens.

Sélectionnez toute l’image avec Sélection > Tout sélectionner (Ctrl A), puis soustrayez les tons clairs en maintenant Ctrl Alt en cliquant sur la couche des « clairs ». Ensuite soustrayez la couche des « sombres » de la sélection que vous avez obtenue de la même manière. Il reste les tons moyens ; en faire une couche alpha.

Attention, quand on fait des sélections dans les sélections il faut que la sélection soit visible.

Il est possible qu’à certains moments PS signale que les contours de sélection ne sont pas visibles car il y a moins de 50% de pixels sélectionnés. Pas grave.

On obtient ainsi 7 couches de luminosité.

Comment utilisez une sélection :

Si on veut par exemple travailler sur les très clairs, faire Ctrl Clic sur la couche alpha correspondante , cela fait apparaître la sélection des très clairs. Repasser dans le panneau calque (après avoir cliqué sur la couche RVB) et là ajouter par exemple un calque de réglage courbe : il va prendre la sélection pour en faire son masque de fusion. Aussi le réglage n’agit que sur les très clairs.

Un tuto très détaillé expliquant la méthode : https://design.tutsplus.com/fr/tutorials/how-to-create-and-use-luminosity-masks-in-adobe-photoshop–cms-23549

 

Troisième méthode : utilisez le filtre Camera Raw et les masques de gamme.

Existe depuis décembre 2017 dans Camera Raw et Lightroom.

Il faut dupliquer le calque et sur le calque supérieur passer par le menu Filtre pour appliquer le filtre Camera Raw.

Ensuite on utilisera l’outil de sélection« gamme de luminance ». Voir ICI.

Cette méthode est utilisée pour éclaircir les tons clairs sur un paysage par exemple ce qui dans certains cas est du plus bel effet.

Il existe d’autres méthodes voir ici le tuto sur les masques de luminosité.

 

Sélection : mode masque.

Certains le délaissent au profil du panneau « Sélectionner et masquer » bien plus complet.

Le mode masque est parfait pour faire une sélection au pinceau, contrôler quelle zone précise a été sélectionnée, terminer une sélection. Raccourci : Q.

C’est une autre manière de voir une sélection : plutôt que de voir des pointillés autour de la sélection, en mode masque vous voyez les zones non sélectionnées en rouge (par défaut).

Après avoir fait une sélection avec un des outils de sélection. Cliquez sur l’icône « masque » icone_mod_masque dans les outils (1), celle qui ressemble au drapeau européen (ou menu Sélection, mode masque ou touche Q).

selection21

La zone NON sélectionnée apparaît en rouge à 50 % (par défaut). Ci-dessus on a sélectionné le fond. Sélectionnez l’outil pinceau, peignez en noir, cela sélectionne ; peignez en blanc, cela dé sélectionne. Cela permet de voir ce qu’on a sélectionné, de corriger la sélection, (si on a oublié une petite surface à sélectionner), de refaire un bord.

En passant un petit rappel pour faire des limites de sélection bien droites : clic sur un point, Maj + Clic sur un second point cela fait une ligne entre les deux points.

Une fois que la sélection est corrigée, recliquez sur l’icône masque pour revenir en mode normal avec une sélection en pointillé (A).

Un usage simple du mode masque pour sélectionner « au pinceau » :

Cliquez sur l’outil pinceau avec du noir en couleur d’avant plan.

Tapez sur Q.

Peignez sur les zones à sélectionner.

Tapez sur Q.

La sélection apparaît, correspondant à la zone peinte.

 

Quelques remarques sur le mode masque :

– Attention à la dureté, à l’opacité du pinceau (ou du stylet) et mode masque : si vous sélectionnez avec un pinceau à bord progressif, pas complètement opaque ou avec du gris, votre sélection sera partielle et ‘transparente’. En mode masque vous aurez du rose ; en repassant en mode normal (les zones visibles par pointillés le sont si l’opacité du masque est supérieure à 50%) vous ne verrez pas la zone peu sélectionnée. Et si vous en faites un masque de fusion avec la sélection, il sera transparent. Donc, utilisez habituellement un pinceau dur avec opacité à 100%.

-Dans ce mode vous pouvez utiliser les réglages (en passant par le menu Image> Réglages >Courbes par exemple et augmenter le contraste d’un masque peu contrasté.).

-Vous pouvez aussi appliquer des filtres (un flou gaussien par exemple).

-vous pouvez utiliser la transformation (Ctrl T).

-Souvent la zone non sélectionnée est très rouge opaque et cela gêne pour peindre les bords et voir ce qu’il y a dessous. Double-cliquez sur l’icône du mode masque et vous aurez un panneau permettant de choisir l’opacité et la couleur. Vous pouvez ainsi choisir un rouge pas complètement opaque permettant de voir ce qu’il y a dessous. Il est enfin possible de choisir de colorer les zones non sélectionnées.

La zone NON sélectionnée apparaît en rouge à 50 % par défaut.

Je trouve plus logique de colorer la zone sélectionnée, j’ai donc coché comme ci-dessous « Zones sélectionnées » ; il faut juste ne pas s’y perdre (j’utilise aussi le rouge pour les zones sélectionnées dans le panneau « Sélectionner et masquer » qu’on verra plus bas.

selection22

Remarquez de nouveau que si vous utilisez le bouton « Sélectionner et masquer » vous retrouvez l’équivalent de ce mode masque (choisir l’outil pinceau à gauche et ‘Incrustation’ dans la liste ‘Affichage’), on a en haut à droite les mêmes possibilités de réglage d’opacité et de couleur pour le masque, mais dans ce panneau « sélectionner et masquer » pas de possibilité de faire des réglages ; cela n’est pas grave car souvent une sélection va servir à créer un masque de fusion et sur un masque de fusion on a aussi la possibilité de peindre, appliquer des réglages…

 

Sélection à 50% en mode masque.

Si la sélection est précise sans bord flou, les pointillés délimitent très précisément la sélection ; mais en cas d’utilisation de bords progressifs la sélection est progressive. Les pointillées délimitent dans ce cas une zone ou au moins 50% des pixels sont sélectionnées. Donc les pointillés ne reflètent pas exactement la sélection.

On peut par exemple appliquer un contour progressif à une sélection elliptique. Ci-dessous on a superposé sélection et masque :

selection_50pourcent.jpg

En mode masque on voit bien la progressivité de la sélection : on peut voir les zones partiellement sélectionnées. En mode « Sélection », on voit les pointillés qui ne montrent que les zones sélectionnées à au moins 50 %.

Le mode masque est donc plus précis que les pointillés. C’est valable aussi dans le panneau « Sélectionner et masquer » (voir ci-dessous) où on peut avoir un rendu équivalent au masques.

 

Sélection : Amélioration de la sélection.

On s’intéresse à l’amélioration de la sélection. On modifie les limites de la sélection, les pointillés.

selection23

Il y a le menu « Sélection » (A sur la copie d’écran).

On a déjà vu qu’on pouvait « Transformer la sélection  » (1) : modifier forme, taille et orientation des pointillés et même la déformer en cliquant sur l’icône « Déformation » dans la barre de tache.

Mais il y a aussi « Modifier » qui permet de faire un :

  • Cadre (parallèlement à une ligne de sélection on en met une autre à x pixels de distance).
  • Lissage.
  • Dilatation la sélection.
  • Contraction de la sélection.
  • Application d’un contour progressif.

Sélection : étendre, généraliser dans le menu « Sélection »

Sélectionnez avec le rectangle de sélection un petit rectangle puis menu Sélection>Etendre.

La sélection va s’étendre à la plage de couleur contigus (aux pixels ayant une couleur proche de la couleur du rectangle). Ci dessous j’ai sélectionné un petit rectangle dans la lune ; « Etendre » a sélectionné toute la lune.

Pour  modifier la tolérance (sélection de couleur plus ou moins proche), il faut sélectionner la baguette magique et modifier la tolérance dans la barre des options en haut.

 

« Généraliser » sélectionne tous les pixels de couleur proche , même ceux non contigus.

Sélection : Sélectionner et masquer

Il y a un panneau « Sélectionner et masquer » depuis les versions CC. C’est une amélioration majeure.

Quand on utilise un outil de sélection, dans la barre l’option il y a un bouton « Sélectionner et masquer ». On peut aussi utiliser Ctrl Alt R.

Depuis la version CC ce bouton ouvre une véritable application de sélection (on trouve un peu l’équivalent du « Améliorer le contour » des versions précédentes mais en mieux). Personnellement je n’utilise plus que les outils de sélection automatique et le panneau « Sélectionner et masquer » pour les sélections difficiles. Ce panneau peut être utilisé pour faire une sélection initiale ou pour améliorer une sélection. Le but d’Adobe est sans doute de réunir dans un seul panneau tout ce qu’il faut.

selection_masque_couche

 

A droite en haut on peut modifier le mode d’affichage :

  • Pelure d’oignons (la zone sélectionnée sera nette, celle non sélectionnée semi-transparente avec un quadrillage).
  • Cadre de sélection actif : avec des pointillés.
  • Incrustation : comme le mode masque avec par défaut les zone « masquées » (non sélectionnées) en rouge.
  • Sur noir,
  • Sur blanc,
  • Noir et blanc,
  • Sur calque.

selectionner2.JPG

Tapez F pour parcourir les modes et sur X pour désactiver temporairement tous les modes.

Personnellement je travaille en incrustation (c’est comme le mode masque).

On peut inverser le « Désigne » : zones masquées/non masquées ; J’ai indiqué de colorer les zones sélectionnées (et non masquées) en rouge afin d’être en cohérence avec le mode masque).

On peut modifier la couleur, afficher les contours…

Afficher le contour : affiche la zone d’amélioration.

Afficher l’original : affiche la sélection d’origine.

Aperçu haute qualité offre un aperçu précis des modifications. Cette option risque de réduire les performances.

A gauche on retrouve les outils de sélection qui permettront de modifier la sélection existante :

  • La sélection rapide (1) automatique,
  • L’outil d’amélioration du contour » (2) qui permet de peindre sur les bords d’une chevelure par exemple pour sélectionner ou améliorer la sélection des cheveux ; Il faut passer avec le pinceau sur le contour, plutôt de dedans en dehors (de la zone sélectionnée vers l’extérieur : il reconnaîtra la couleur de la chevelure et sélectionnera les cheveux) ; magique. Attention, l’outil d’amélioration du contour et le lasso fonctionne par défaut sur le calque qui était actif quand on a cliqué sur « Sélectionner et masquer » ; il faut cocher « Échantillonner tous les calques » pour que ces outils fonctionnent correctement si l’image comporte plusieurs calques.
  • Le pinceau masque (3) : permet de peindre la zone à sélectionner comme dans le mode masque ; Alt permet de dé sélectionner.  Il faut mettre l’affichage en mode « incrustation » pour mieux voir.
  • La sélection d’objet.
  • Le lasso (4), et le lasso polygonal (clic droit sur le lasso).
  • La main pour déplacer l’image et la loupe pour zoomer.

En haut dans la barre d’option, on a (pour tous les outils) un mode « Ajouter » à la sélection (le +) et un mode « Soustraire » (le -). 

On peut permettre aux outils de sélection de travailler sur tous les calques ou non.

Il y a aussi un bouton « Sélectionner un sujet » qui marche à merveille ainsi qu’un bouton « Améliorer les cheveux » qui me parait peu efficace (je ne sais peut être pas l’utiliser). Adobe dit : « Améliorer les cheveux : recherchez et améliorez facilement les sélections de cheveux difficiles en un seul clic. Associez cette option avec la fonction Basée sur l’objet pour obtenir de meilleurs résultats ».

 

Dans le panneau de droite, il y a le mode améliorer :

La méthode d’amélioration des contours est utilisée par les options Détection des contours et Améliorer les cheveux ainsi que par l’outil Pinceau d’amélioration des contours.

  • Basée sur la couleur : sélectionnez ce mode pour les arrière-plans simples ou contrastés.
  • Basée sur l’objet : choisissez ce mode pour les cheveux ou les fourrures figurant sur des arrière-plans complexes.

 

 

À droite on a un curseur qui améliore la détection des contours, il va rechercher à affiner le contour (trouver plus de détails) sur un rayon de x pixels (déterminé par le curseur). Utilisez un petit rayon pour des contours nets et un grand rayon pour des contours plus flous. si on coche Rayon dynamique, c’est PS qui va déterminer automatiquement le rayon d’analyse à prendre en compte.

selectionner3.JPG

 

Dans l’onglet : « Amélioration globale » on peut :

  • modifier l’arrondi,
  • modifier le contour progressif , la progression se faisant à cheval sur la limites de sélection (donc dans et hors la limite),
  • augmenter le contraste (c’est un peu l’inverse du contour progressif),
  • décaler le contour (il faut que l’image soit très zoomée pour le voir). Déplace les contours flous vers l’intérieur avec des valeurs négatives ou vers l’extérieur avec des valeurs positives.

Voici un exemple, sur une chevelure après sélection rapide de la tête, passage dans le panneau « Sélectionner et masquer », utilisation de la détection du contour en augmentant le rayon puis passage de l’intérieur vers l’extérieur de l’outil amélioration du contour :

J’ai testé aussi améliorer les cheveux ci-dessous à gauche ; en haut la sélection est très à distance du bord, la fonction « Améliorer les cheveux » laisse des trous. Dessous la sélection est proche du bord « Améliorer les cheveux » marche mieux mais en laissant une zone blonde. J’ai comparé avec le pinceau d’amélioration des contours en haut à droite et le contours dynamique (rayon à 100), les résultats sont plus satisfaisant.

En tous les cas il faut sans doute tester différentes méthodes.

 

En bas il y a différents modes de sortie.

selectionner5.JPG

Décontaminer les couleurs veut dire : élimine les petits pixels de la couleur du fond qui restent autour de la sélection quand on détoure. Remplace les franges colorées par la couleur des pixels entièrement sélectionnés à proximité..

C’est très efficace et améliore considérablement le détourage. Il y a d’autres méthodes pour décontaminer : une d’elles a été décrite par Serge et se trouve ici. Dans certains cas on peut décaler la sélection vers l’intérieur, ce qui limite la contamination de la sélection par la couleur du fond. 

On peut « sortir » sous forme d’une sélection, d’un masque de fusion, d’un calque, d’un calque avec masque, d’un nouveau document, d’un nouveau document avec masque.

Il y a une case « Mémoriser les paramètres » ; cela enregistre les réglages, ils seront appliqués lorsqu’on ré ouvrira le panneau (que cela soit la même image ou une autre).  il me semble qu’il ne faut surtout pas la cocher : j’avais décalé un contour et mémorisé les paramètres ; je suis revenu plusieurs fois sur la même image sur plusieurs jours, à chaque fois que je rentrais dans le panneau « sélectionner et masquer » cela me décalait le contour car les paramètres enregistrés sont appliqués « à nouveau » à chaque fois qu’on ouvre le panneau. Cela avait donc décalé X fois le contour, ce qui n’est pas souhaitable. 

Les seules choses qu’on ne peut pas faire dans ce panneau est l’utilisation des réglages et d’outils autres que ceux du panneau ; on ne peut pas appliquer un réglage luminosité/contraste ou un filtre par exemple.

La subtilité du détourage est là : sélectionner oui mais améliorer le contour pour les cheveux, rendre ce contour progressif d’1 ou 2 pixels pour une meilleure intégration, décaler le contour vers l’intérieur pour éliminer un liseré…Il faut voir des vidéos pour approfondir, il y en a sur Internet. Il y a tant à dire.

La page d’adobe sur le panneau « Sélectionner et masquer», très intéressante (elle contient une vidéo mais en anglais) : https://helpx.adobe.com/fr/photoshop/using/select-mask.html

Une vidéo de Julien Pons : https://www.youtube.com/watch?v=DN5YqnW43es

Il faut noter que dans le panneau « Propriétés » d’un masque de fusion, il y a un bouton « Sélectionner et masquer » qui permet de modifier un masque de fusion de la même manière.

Sélection : lissage et contour progressif.

Certains outils de sélection comme le lasso ont dans la barre d’option une case à cocher lissage et la possibilité de mettre un contour progressif.

Mais une fois la sélection effectuée, on peut ajouter un contour progressif en faisant :

  • Clic droit dans la sélection et « Contour progressif ».
  • Maj+F6.
  • Menu sélection>Contour progressif.

Cela ouvre le panneau de contour progressif :

Dans le panneau « Sélectionner et masquer » il a un curseur de lissage qui permet d’enlever l’effet crénelage et un de contour progressif.

Le contour progressif est aussi largement utilisé pour fondre une modification de couleur, de texture d’une zone dans une image sans que le bord de la modification se voit.

 

Sélection : Sélection par les couches.

On s’intéresse à la sélection par les couches. Débutant s’abstenir.

Cela permet des sélections difficiles sur des zones très découpées comme les arbres, les cheveux.

Le principe est de regarder son image dans l’onglet « Couches » (1) (si l’onglet couches n’est pas visible passer par le menu « fenêtres »> « Couches »). Comme nous sommes en RVB, l’image est composée de 3 couches : Rouge, Vert, Bleu plus une quatrième couche composite RVB. Chaque couche représente un masque pour cette couleur : s’il y a du bleu sur l’image, la couche bleue sera blanche.  Il faut choisir la couche qui correspond le mieux à ce que nous voulez sélectionner et on la transformera en sélection.

selection24.JPG

Pour voir la couche la plus contrastée, dans notre exemple d’arbre très découpé, il faut rechercher la couche qui fait le plus ressortir les feuilles. Pour cela, cliquez sur les yeux des calques pour ne pas afficher certaines couches et regarder chaque couche seule successivement R, V puis B.

C’est la couche bleue qui est la plus contrastée. On va donc dupliquer cette couche (cliquer dessus puis clic droit et « Dupliquer la couche ») ; on se retrouve avec une couche supplémentaire nommée « Bleu copie » (2).

Cette couche va pouvoir être améliorée : on peut peindre dessus avec le pinceau (le blanc sélectionnera) pour ajouter ou éliminer des zones et même y appliquer des réglages et des filtres. Il faut passer par le menu Image>Réglage> Courbe par exemple pour améliorer le contraste (3) en créant une couche en S.

On peut aussi utiliser l’outil densité + en choisissant dans la barre d’option de travailler sur les tons foncés ou à l’inverse utiliser Densité – pour effacer les zones un peu grises autour des cheveux.

Pour transformer cette couche en sélection, cliquez sur l’icône en bas (4) couche2selection qui correspond à « récupérer la couche comme sélection » (le blanc correspondra à la zone sélectionnée) ; si nécessaire intervertir la sélection (Ctrl I) comme ici pour sélectionner le feuillage.

Avant de repasser sur l’onglet calque, dans l’onglet couches rendre visible (l’œil) la couche RVB et invisible « Copie bleu »

Dans l’onglet calque, utilisez votre sélection (Ctrl J par exemple pour créer un calque contenant l’arbre et ses feuilles ou, c’est mieux, ajouter un masque).

Cette méthode était très utilisée pour sélectionner les cheveux (avant qu’existent les fonctions d’amélioration du contour).

Il est possible de passer son image dans d’autres modes (CMJN) et de sélectionner sur d’autres types de couches.

Sélection : Quelques raccourcis concernant les sélections.

On se souvient que pour désélectionner, il faut faire Ctrl D.

Pour intervertir une sélection Ctrl Alt I.

Pour rappeler la dernière sélection qu’on a effacée (mais pas enregistrée) : Maj Ctrl D.

Comment sélectionner la totalité du calque ? avec Ctrl A ; Cela permet ensuite de copier (Ctrl C) le calque puis de le coller (Ctrl V) dans une autre image.

Enfin quand vous avez un calque avec des zones transparentes, comment sélectionner tout sauf les zones transparentes ? Ctrl + clic sur l’icône du calque.

Alt Maj Clic sur le masque permet de voir le masque en surimpression sur l’image.

Ctrl I permet d’inverser un masque (blanc et noir).

 

Sélection : Sélection, mode masque, masque, couche.

Il faut comprendre qu’une sélection est en fait une image (bitmap) en noir et blanc ET niveau de gris indiquant les zones sélectionnées ; cette sélection peut être présentée de diverses manières.

A- Par défaut, les zones sélectionnées sont délimitées par des pointillés mobiles.

selection18

on peut dans ce mode utiliser des outils de sélection (lasso, sélection rapide, baguette magique) ; on peut ajouter/soustraire des sélections les unes aux autres grâce au choix que l’on fait dans la barre d’option :

selection_ajouter

On peut ajouter/retirer des plages de sélection.

B- On peut voir la sélection sous forme de masque dans le mode masque et dans le panneau « Sélectionner et masquer ». Là on peut utiliser le pinceau pour sélectionner/désélectionner. Les outils de réglage sont utilisables en mode masque uniquement (Menu Image>Réglages donnant accès aux réglages Luminosité/contraste, Courbes, Niveaux, Négatif…). Ici le rouge indique les zones non sélectionnées (c’est option par défaut ; on peut faire l’inverse.). L’intérêt du mode masque est qu’on voit les zones partiellement sélectionnées.

C- Si on enregistre une sélection, elle est enregistrée sous forme de couche alpha dans le panneau des couches (4). Là aussi on peut modifier la sélection avec le pinceau ou des outils et des réglages. Le blanc correspond à la zone sélectionnée.

D- Souvent on se sert d’une sélection pour créer un masque de fusion (3) qui lui aussi est une image en niveau de gris ; sur ce masque on peut aussi utiliser le pinceau, les outils de réglages (sur le masque directement). Pour chaque masque de fusion il existe dans le panneau couche une couche alpha correspondant au masque (on peut aussi utiliser le pinceau ou des réglages sur la couche alpha correspondant au masque).

Attention :

Pour un masque de fusion pour un calque bitmap le noir correspond toujours à la zone « transparente » et le blanc à la zone non transparente ; pour un calque de réglage, le réglage est appliqué sur les zones qui sont blanches sur le masque.

Sur une couche Alpha la partie sélectionnée est toujours blanche,

En mode masque et dans le panneau « Sélectionner et masquer » les zones sélectionnées peuvent être celles qui sont colorées OU NON en fonction de ce qui a été paramétré.

Sélection                                                                        Mode masque.

selection_masque_couche.jpg

Masque de fusion.                                                   Couche alpha dans le panneau couche.

 

On voit donc la similitude entre sélection et masque.

On utilise la plupart du temps les sélections pour créer des masques.

On peut passer d’une sélection à un masque :

Si on a une sélection sur un calque de pixel (une image) et qu’on clique sur l’icône de création de masque icone_masque, on crée un masque de fusion sur le calque de pixel avec les zones sélectionnées qui seront en blanc. Cela permet d’isoler une portion de l’image.

De même si on a une sélection et qu’on crée un calque de réglage, il y aura automatiquement un masque de fusion avec la zone sélectionnée en blanc. C’est bien pratique : on sélectionne un objet sur la photo, on ajoute un calque luminosité ; celui-ci n’agira que sur l’objet.

La méthode consistant à sélectionner et appuyer sur Ctrl J crée un calque par copier ou seule ce qui était dans la sélection est copié. Ce n’est pas une bonne méthode car on ne peut pas corriger une mauvaise sélection.

On peut aussi passer d’un masque à une sélection :

Ctrl+ clic sur le masque rappelle la sélection.

Sur l’icône d’un masque Alt Maj Clic fait apparaître le masque en rouge sur l’image. Cela rappelle le mode masque des sélections ; soulignant encore le parallélisme entre sélection et masque sauf que là les zones rouges sont les zones qui n’avaient pas été sélectionnées.

Les masques et les sélections sont, en fait, des images bitmap en noir et blanc. Noir ou blancs oui, mais le gris aussi qui donne des masques ou des sélections semi-transparentes.

Le panneau « Sélectionner et masquer » est aussi disponible sur les masques :

Si on double clic sur le masque, le panneau « sélectionner et masquer » s’ouvre. On peut aussi cliquer sur le bouton « Sélectionner et masquer » dans le panneau « Propriétés » du masque.

masque_selectionner.JPG

 

(Remarquez au passage qu’on peut modifier la densité et le contour progressif).

Nous pouvons maintenant appliquer un contour progressif, lisser, décaler les limites du masque (la zone blanche du masque correspondra à la zone rouge du panneau « Sélectionner et masquer » si vous l’avez choisi) mais aussi avec l’outil de sélection rapide, le pinceau ou les lassos qui sont à gauche, rajouter des zones blanches sur masque.

Sélection : Couche alpha.

Dans le panneau couche (menu Fenêtres>Couches) il y a les différentes couches composant l’image (en RVB par exemple il y a les couches R, V, B, et RVB). Il y a en plus les couches Alpha. Voyons cela.

On a vu qu’on pouvait mémoriser une sélection (menu Sélection>Mémoriser une sélection) puis rappeler cette sélection (menu Sélection >Ramener la sélection). On peut ramener la sélection et l’utiliser sur un autre calque ou un masque de l’image.

Si on regarde sur le panneau « Couches », on voit la sélection enregistrée sous forme d’une couche alpha (nommée ici « Sél1», nom qu’on a donné en enregistrant la sélection). Le blanc de la couche correspond à la zone sélectionnée.

selection25.JPG


-On peut passer une sélection d’une image à une autre en glissant la couche de sélection (du panneau couche) vers l’autre image.

-Si on enregistre une image avec les calques (en tiff ou psd) la sélection est conservée et on peut la rappeler après réouverture de l’image.

Si on fait Ctrl Clic sur une couche correspondant à une sélection, on récupère la sélection délimitée par des pointillés. Idem si on clique sur couche2selection en bas du panneau.

On peut faire ce que l’on veut sur la couche de sélection. Comme peindre avec le pinceau, utiliser des réglages (Menu Image>Réglage). Le blanc correspond toujours à la zone sélectionnée.

Quand on crée un masque de fusion dans le panneau calque, cela ajoute une couche alpha dans le panneau couches.

couche_masque.JPGOn remarque que le nom de cette nouvelle couche reprend le nom du calque plus le mot « Masque ». Si on clique sur l’œil de cette couche alpha, on fait apparaître en superposition le masque.

On peut faire ce que l’on veut sur la couche alpha. Comme peindre avec le pinceau, utiliser des réglages (Menu Image>Réglage), mettre un dégradé.

Là aussi si on clique sur couche2selection on obtient une sélection (pointillés) à partir du masque.

 

 

Sélection : Ajouter, soustraire une sélection, un masque, une couche.

Comment rajouter (ou soustraire) une sélection à une autre en cours de sélection.

On l’a déjà vu en cours de sélection : on sélectionne un élément avec le rectangle de sélection ; si on veut rajouter un rond de sélection il suffit de cliquer dans la barre d’option du nouvel outil ellipse de sélection, sur l’option ajouter à la sélection (Icône B ci-dessous) :

sélection6

Comment ajouter (ou soustraire) une sélection à une autre sélection ?

Enregistrez la première sélection, faites votre seconde sélection ; utilisez le menu Sélection>Mémoriser la sélection, là un panneau s’ouvre ; déroulez la liste « couche ». Choisir le nom de la première sélection dans la liste des couches. Dans le panneau « Résultat » pour pourrez ajouter ou soustraire la sélection à la première sélection.

 

Comment faire une nouvelle sélection et la rajouter à un masque déjà présent ?

Sélectionnez avec un outil de sélection, cliquez sur le masque de fusion, remplir avec le pot de peinture la sélection avec du blanc. Cela modifie le masque.

On peut aussi travailler directement sur les couches.

On rappelle que toute sélection enregistrée est enregistrée sous forme de couche, les masque de fusion aussi d’ailleurs. Dans le panneau couches, on peut cliquer sur l’icône  couche2selection pour obtenir une sélection (pointillés) à partir d’une couche, passer sur une autre couche, remplir avec du blanc ou du noir suivante le cas.

Une autre solution très simple, une fois qu’on a une sélection est (dans ce panneau couche) d’utiliser le menu Sélection>mémoriser la sélection, là un panneau s’ouvre ; si vous choisissez une couche existante dans la liste des couches pour pourrez ajouter ou soustraire la sélection à la couche choisie.

On rappelle enfin qu’on peut toujours peindre, appliquer un réglage ou un filtre sur une couche.

Plusieurs sélections :

Prenons l’exemple d’un portrait à détourer. Il y a les vêtements et la chevelure.

Les vêtements seront facilement détourés, parfois on a besoin de rendre le détourage progressif, ou de le décaler.  Par contre il ne faut surtout pas rendre progressif le détourage des cheveux.

La seule solution est de faire un détourage pour les vêtements, un autre pour la région des cheveux et ensuite de les ajouter avec les méthodes indiquées ci-dessus.

 

Sélection, il y a des trucs quand la sélection est impossible.

S’il y a quelques cheveux ou poils impossible à détourer, certains ne les sélectionnent pas mais ensuite avec une brush « cheveux » ou « herbe » et en pipettant la couleur des cheveux, ils re créent quelques cheveux.

D’autres utilisent le tampon ; ils pipettent des cheveux et les déposent sur le bord de la chevelure (en utilisant le panneau « Source de duplication » pour faire tourner l’échantillon de cheveux et ainsi rendre le clonage plus réel).

 

Sélection : Vidéo sur les sélections.

Franky de Darth’sBlog a fait une vidéo reprenant tous les outils de sélection ; à visionner pour compléter les tutoriels : https://www.youtube.com/watch?v=yjJ9iBNlZ8Y&feature=youtu.be

Sélectionner et masquer par Julien Pons https://www.youtube.com/watch?v=DN5YqnW43es

Sélection difficile , en anglais mais très très intéressante : de Photo Training Chanel sur Youtube ici.

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.