Démarrer 7 : Masque d’écrêtage, mode de fusion.

Masque d’écrêtage.

Terme compliqué pour nommer une notion simple.

Reprenons le calque du mur et au-dessus un calque avec uniquement la porte (rappelez-vous, on avait sélectionné la porte puis tapé Ctrl J) . Si nous ajoutons ensuite un calque de réglage luminosité par dessus il agit sur toute l’image en dessous (sur tous les calques en dessous).

Mais nous voudrions qu’il n’agisse que sur le calque de la porte pour éclaircir cette porte uniquement. Dans ce cas , après avoir ajouté notre calque de réglage, nous appuyons sur Alt et cliquons en même temps sur la ligne qui sépare le calque de réglage et celui de la porte (la croix rouge sur l’image ci-dessous indique l’emplacement). Il apparaît une petite flèche dirigée vers le bas sur le calque de réglage (2). Cela indique que le réglage agit uniquement sur le calque immédiatement en dessous et ainsi le curseur de luminosité n’agit que sur la porte. On parle de masque d’écrêtage ; en fait, pour être exact, le calque inférieur écrête et limite l’action du calque supérieur (le réglage ).

On peut aussi faire un clic droit sur le calque supérieur et « Créer un masque d’écrêtage » (ou Ctrl Alt G) ; les retoucheurs parle de « clipper » un calque.

masqueecretage1

Là aussi il serait plus élégant, rapide (et réversible) d’utiliser un masque de fusion : nous sélectionnons la porte, nous créons un calque de réglage ; le réglage ne s’appliquera que sur la porte. Si la sélection de la porte comportait une erreur, le calque de la porte serait difficile à corriger alors que le masque de fusion qui délimite la porte peut être modifié à l’aide d’un pinceau blanc ou noir.

En tous les cas, retenir le principe : pour qu’un calque de réglage agisse sur le calque d’en dessous uniquement, il faut créer un masque d’écrêtage.

En d’autres termes c’est les zones opaques du calque du bas qui permettent  au calque du dessus de « s’exprimer » : Un masque d’écrêtage vous permet d’utiliser le contenu d’un calque pour masquer les calques au-dessus de lui.

 

Une autre utilisation du masque d’écrêtage :

Nous voulons mettre une texture sur des lettres.

masqueecretage2

Pour cela plaçons le calque de la pelouse avec les fleurs sur un calque de texte (il suffit de cliquer sur l’icône de texte puis sur l’image et taper du texte, cela crée automatiquement un calque de texte.). Alt Clic sur la ligne entre les deux calques entraîne la création d’un masque d’écrêtage : le calque inférieur (le texte) écrête et limite l’action du calque supérieur (l’herbe).

Comme d’habitude, nous aurions pu utiliser un clic droit sur le calque du dessus puis « Créer un masque d’écrêtage » pour le créer ce masque d’écrêtage. On peut aussi passer par le menu « Calque » ou taper Ctrl Alt G.

On remarque que le calque inférieur (le calque d’écrêtage) a son nom souligné et que les calques écrêtés au dessus, outre la petite flèche vers le bas  ont leur icône décalée vers la droite..

En savoir plus : http://www.sos-totoshop.com/2034

 

Mode de fusion d’un calque.

Le mode de fusion d’un calque détermine la manière dont les pixels du calque vont interagir avec les pixels du dessous. Ne pas confondre avec le masque de fusion. Ce mode est par défaut normal (et il n’y a aucune interaction entre les pixels du calque et ceux de dessous ; on peut uniquement modifier l’opacité du calque supérieur).

On peut modifier le mode du calque actif en déroulant la liste située à gauche du mot « Opacité » avec la flèche.

modefusion1

Dans cette liste nous avons tous les modes possibles.

Modefusion2

Le résultat de l’effet du mode de fusion est déterminé par des formules mathématiques complexes, mais ce qui nous intéresse, nous, c’est le rendu. Ainsi en modifiant le mode de fusion d’un calque on va pouvoir faire des mélanges de pixels. En dessous de « Normal » et « Fondu » il y a, de haut en bas, 5 groupes de modes qui permettent, en simplifiant à l’extrême de :

  • assombrir,
  • éclaircir,
  • augmenter le contraste,
  • faire des opérations,
  • travailler sur les teintes, la saturation la couleur…

Pour le moment retenons juste cette notion de mode de fusion. Retenons aussi que pour utiliser les modes de fusion il faut au moins deux calques ; le choix du mode de fusion du calque supérieur gérant la « fusion » avec le calque (ou les calques) du dessous.

Un exemple : pour améliorer nos photos : nous avons notre image de porte ; nous la dupliquons (Ctrl J); nous mettons le mode de fusion du calque supérieur sur « Incrustation ». On voit qu’avec ce mode il y a un renforcement des contrastes et des couleurs du plus bel effet, cela donne de la pêche à la photo :

modefusion3

On peut moduler l’effet de cette manipulation en jouant sur l’opacité du calque supérieur.

Essayez sur un paysage, l’effet est saisissant.

Il y a une multitude d’usages des modes , c’est extrêmement puissant :

éclaircir, assombrir, contraster une image.

inclure une texture, un overlay,

travailler uniquement sur la teinte, la saturation…

Suite.

Pour aller plus loin à propos des modes : il y a un tuto niveau expert sur le site ICI.

Philippe LASSERRE février 2019.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.