Approfondir : Imprimer une photo.

Beaucoup de questions et controverses sur la préparation de l’impression.

Tout dépend de la personne qui imprime (imprimante locale, site web, impression fine-art, prépresse quadrichromie) et aussi de la volonté de l’imprimeur (certains acceptent de modifier le ratio, le nombre de pixels, le profil couleur d’autres, exigent une photo prête à être imprimée avec leur préconisation).

Préparer son image pour l’impression.

 

1- Le ratio.

Il faut que la photo soit au ratio correspondant à celui de la feuille d’impression : le ratio c’est le rapport entre la largeur et la hauteur.

Voici quelques exemples de ratio :

ratio.jpg

Les réflex et hybrides numériques (APS-C ou Full Frame) fournissent généralement des photos 2/3 c’est le même ratio que 24/36 ; pour imprimer les photos en 10/15 cm ou 20/30cm 30/45 ou 40/60 cm pas de problème c’est le même ratio. Notez qu’on parle aussi de ratio 3/2 ( ou 3 :2) , c’est le même mais on a inversé largeur et hauteur.

Les compacts et bridges fournissent des photos 3/4 ; l’ impression en 11/15cm (environ), 30x40cm ne posera pas de problèmes. Là aussi on peut parler de 4 : 3.

Le Ration 16/9 est plutôt un ratio d’écran vidéo. J’aime bien le 3:1 pour les panoramas.

Remarquons que le problème est le même quand on veut simplement passer d’un format de ratio à un autre sans imprimer.

Un premier exemple parlant :
Si vous  avez une photo carrée, vous pourrez l’imprimer en plus grand ou plus petit sans problème pourvu que cela soit sur un papier carré (10x10cm ; 20×20 cm…). La photo remplira le carré. Le seul problème sera le nombre de pixel suffisant pour imprimer, problème détaillé dans la suite de ce tuto.

Par contre si vous voulez imprimer une photo carré  (1) sur un papier rectangulaire (15×10 cm ou 30×45 cm) , comme ce n’est pas le même rapport largeur/hauteur il faut obligatoirement recadrer : Voici les diverses solutions :

– Couper des bandes sur la photo (2) et haut et en bas  pour qu’elle rentre dans un rectangle ; on utilise l’outil recadrage en réduisant la taille de la photo dans le sens de la hauteur. On perd donc 2 bandes en haut et en bas ; on perd des pixels.

ou

– Ajouter des bandes blanches à droite et à gauche (3) ; avec l’outil recadrage, on agrandit au delà de la photo pour avoir le rectangle qu’on désire  mais il y a ces deux bandes blanches. Quand on fait le recadrage, il est possible de cocher dans la barre d’option « Contenu pris en compte », dans ce cas PS remplit les deux bandes blanches en puisant des pixels autour . Ici il le fera correctement en mettant du noir ; en fonction de l’image, le résultat peut être inacceptable.

ratiocarr.JPG

-Une troisième solution est de faire comme sur le schéma (3) sans cocher « Contenu pris en compte » ; une fois le recadrage fait, pour faire disparaitre les bandes blanches on peut étirer l’image dans le sens de la largeur (avec la transformation :CtrlT ) mais cela entraine une déformation souvent non acceptable. On peut aussi  étirer en largeur une petite partie de l’image (celle qui peut être étirée sans problème) en passant par le menu Edition>Echelle basée sur le contenu.

Souvent le problème se pose entre les rapport 3/4 et 2/3 ; l’appareil fournit une photo dans un des 2 ratios (2:3 pour les reflets ; 3:4  pour les compacts par exemple)  , si on veut imprimer dans l’autre ratio il faudra recadrer dans le bon ratio. Les formats proposés pour imprimer ont des dimensions mais correspondant à différents ratios : 10×15 cm c’est un ration 2:3 de même que 30×45 cm ; 30×45 cm c’est un ration 3:4.  Il faut que la photo ai le même ration pour pouvoir être imprimée totalement (sans bord, ni coupure)  sur le papier.

Si vous avez une image de 4000×6000 pixels (ratio 2:3), vous pourrez l’imprimer  en 30cm x45cm car le rapport largeur/hauteur est le même (2:3) ; si vous l’imprimez sur une feuille 30×40 cm (ratio  3:4) la photo sera coupée en haut et en bas ou aura des bandes blanches après recadrage .

L’imprimeur coupe ou rajoute des bandes blanches suivant le cas ; quand on imprime sur un site web le site propose le recadrage si le ratio de la photo ne correspond pas au ratio du papier choisi. Il faut mieux le faire vous-même sur PS ou LR ; ainsi vous recadrerez comme vous le désirez.

Lire la page sur définition et résolution et RECADRAGE d’une image.

Notez que historiquement parlant les tailles des papiers d’impression sont en pouce : le 10×15 cm pour nous c’est en fait du 4×6 pouces et la taille réelle du papier est 10.1×15.2 cm (mais nous on parle de 10×15 cm quand même car on a arrondi).  Donc le papier est légèrement différent qu’on le pense en terme de dimensions . Sur les sites d’impression sont indiqués pour chaque format les dimensions exactes du papier (et les dimensions minimales en pixels ; improprement notés « résolution » ci-dessous ; les dimensions sont valables pour ce site).

imprimer.JPG

Une dernière chose à se souvenir si vous exposez votre photo dans un cadre avec un passe partout (ce carton qui est placé en avant de la photo dans le cadre et qui fait un tour), si vous avez une photo de 30x40cm (elle fera en réalité un peu plus à l’impression ) et un passe partout avec un trou de 30×40, la photo débordera du trou . C’est nécessaire pour que la photo tienne et ne passe pas dans le trou ; mais le passe partout va cacher quelques millimètres de bord de la photo et il faut en tenir compte et recadrer plus large de quelques millimètres.

 

2- Le nombre de pixels et la résolution.

Il doit y avoir une dimension minimum en pixel en fonction de la taille d’impression.

Lire la page sur définition et résolution d’une image.
S’il n’y a pas assez de pixels il faut passer par le menu Image>Taille de l’image. Réechantilloner doit être coché.

Taille image

Deux manières de faire :

-Soit le site de l’imprimeur demande un certain nombre de pixels minimum pour imprimer une taille ; dans ce cas on passe les dimensions en pixels (liste à droite à hauteur de largeur et hauteur) et on donne les nouvelles dimensions en pixels.

-Soit on raisonne en terme de taille : on passe les listes en centimètres et on saisit les dimensions demandées en cm ainsi que la résolution souhaitée (la liste doit indiquer « pixels/pouce » ce qui correspond à dpi) puis ok. 270 dpi pour une imprimante locale jet d’encre ou 300 dpi comme le demande certains imprimeurs. Bien moins de dpi pour une grande affiche qui sera vue de loin.

Ps modifie la taille de l’image en créant par extrapolation les pixels manquants pour obtenir la bonne taille. Pas besoin d’agrandir en plusieurs fois (comme on le faisait avant pour ne pas perdre en qualité) ; il semble bien que maintenant un agrandissement en une fois aux dimensions désirées est aussi performant. On peut doubler les dimensions sans problèmes.

 

3-Régler la luminosité.

Souvent les écrans sont un peu trop lumineux et l’écran est toujours plus clair que l’impression. En réglant la luminosité de la photo sur l’écran, sans le savoir on l’assombrit ; du coup elle est trop sombre à l’impression.  Aussi certains augmentent systématiquement la luminosité de leur photo (Avec un calque courbes) avant impression pour ne pas avoir une photo imprimée trop sombre.

Mais si l’écran a été calibré peu lumineux (80 à 90 cd/m2) la différence de luminosité entre l’écran et l’impression est minime. En plus il est possible (dans certains cas) de faire un épreuvage d’écran pour se rendre compte, en utilisant le profil de l’imprimante, de ce que donnera l’impression (voir le chapitre correspondant sur la couleur) et la luminosité.

On peut s’aider de l’histogramme pour voir la plage des tonalités et se rendre compte si la photo est correctement exposée (du moins exposée comme on le veut).

 

4-L’espace de couleurs.

Souvent l’imprimeur du coin ou l’imprimeur web demande que l’espace de couleur soit en sRGB. Mais des imprimeurs de qualité acceptent Adobe RGB ou Prophoto RGB. Si vous avez des couleurs très saturées cela peut être intéressant.

Ne jamais mettre le profil ICC de l’imprimeur comme profil incorporé dans l’image.

Remarquez qu’on utilise toujours des espaces RVB (sRGB, Adobe RGB, Prophoto RGB).

Certains imprimeurs pre-presse offset exigent un espace CMJN.

Lire les chapitres sur la couleur et les profils.

 

5- Epreuvage d’écran et couleur non imprimable.

Certains imprimeurs fournissent le profil ICC de leur imprimante.

Pour voir sur l’écran ce que donnera l’impression on peut faire un épreuvage d’écran  à l’aide du profil ICC de l’imprimante.

Les imprimantes ne vont pas imprimer toutes les couleurs, en particulier certaines couleurs très saturées.

S’il y a des couleurs non imprimables l’imprimante va les modifier (les désaturer) pour pouvoir quand même imprimer au plus près.  C’est automatique.

Vous préférerez peut-être vous même modifier les couleurs de votre photo afin que toutes les couleurs soit imprimables et ainsi avoir la main sur les changements de couleur.

Cela fonctionne mieux avec un écran large gamut.

Dans ce cas, il faut faire un épreuvage d’écran avec le profil ICC de l’imprimante :

Menu Affichage>Format d’épreuve>Personnalisé…

epreuvage

Là dans « Périphérique de simulation » choisissez le profil ICC de votre imprimante ou de votre imprimeur. Choisissez le mode de rendu (perceptif) , cocher « Compensation du point noir » et « Simulation de la teinte du papier ».

Dans le menu Affichage, cochez « Couleur non imprimable » (ou Maj Ctrl Y) ; cela affiche en gris les couleurs non imprimable en prenant en compte la gamme de couleur du profil ICC.

Si besoin ajouter un calque de teinte/saturation pour modifier certaines teintes afin qu’elle deviennent imprimables.

5-Accentuation de la netteté.

Il est conseillé d’accentuer la netteté juste avant l’impression toujours à la fin du post- traitement. L’impression diminue un peu la netteté. (mais ne pas trop accentuer non plus.). Il faut mettre l’image à la bonne taille (et la regarder dans sa taille réelle si possible à l’écran) et l’accentuer pour cette taille d’impression.

Il faut accentuer après recadrage ou modification de la taille de l’image pour l’impression, jamais avant.

Rien ne sert d’accentuer en regardant à 100% la photo puis de la réduire en taille : les détails accentués ne seront pas visibles.

On peut le faire dans PS : Dupliquez le calque puis avec un Filtre> Renforcement> Netteté optimisée (c’est l’option la plus performante) ; gain à 170 et rayon entre 1 et 2. Jouez si nécessaire sur l’opacité du calque pour doser cette netteté.

Netteteopt.JPG

Dans Camera Raw on a dans l’onglet « Détail » un réglage de la netteté.voir ici

Il y a aussi dans LR Classic (« Netteté d’impression » dans le module d’impression ou « netteté de sortie » dans le module d’exportation).

 

6-Format du fichier.

Si vous imprimer directement dans PS ou LR Classic  sur votre imprimante local, voir le chapitre suivant.

Si vous envoyez votre image sur un site web d’impression , c’est là qu’il faudra l’exporter en JPG (qualité 10) ou pour certains sites de qualité en Tiff ou Pdf.

 

7-Avoir des couleurs correctes à l’impression.

Le préalable est d’avoir un écran calibré : vous verrez les couleurs exactes à l’écran . Vos corrections colorimétriques seront correctes et si l’imprimante imprime les bonnes couleurs, tout sera parfait. Si l’écran n’est pas calibré vous penserez que les couleurs de l’écran sont bonnes mais l’imprimante imprimera des couleurs  fausses.

Si vous imprimez  sur une imprimante locale :

Ecran calibré , il faudra que l’imprimante imprime correctement les couleurs.

On peut demander à Photoshop  de ne pas gérer les couleurs  et de laisser l’imprimante faire. (il faut configurer cela dans le panneau d’impression de PS et le panneau de l’imprimante). C’est une solution déconseillée par certains spécialistes de la couleur ; mais , bon, si vous indiquez bien le type de papier le résultat de l’impression peut être excellent sur certaines imprimantes. et si les couleurs imprimées vous conviennent…

On peut demander à Photoshop de gérer les couleurs (et à l’imprimante de ne pas le faire). Dans ce cas Photoshop utilisera un profil ICC (de l’imprimeur, de l’imprimante ou créé par une sonde de calibration). Voir le chapitre sur les profils ICC.

Il est aussi possible avec le profil ICC de faire un épreuvage d’écran pour avoir une idée sur le rendu de l’impression..

Imprimer dans PS.

 

Pour imprimer dans PS, il faut au préalable avoir le profil de l’imprimante (le profil proposé par le constructeur ou un profil que vous avez fait avec une sonde ; voir le chapitre sur le calibrage) ; c’est le module d’impression qui convertit à l’aide du profil de l’imprimante (on ne convertit pas la photo en passant par menu Edition>convertir…) .

Il y a des fonctions avec un mode de conversion colorimétrique dans l’imprimante mais on n’en connaît pas bien les caractéristiques, aussi nous aurons plutôt tendance à demander à PS de gérer les couleurs et pas à l’imprimante.

-Il faut donc déconnecter la gestion des couleurs dans l’imprimante. Dans le panneau d’impression de PS il y a un bouton nommer « Paramètres d’impression » ; dans les paramètres du pilote d’imprimante, il faudra supprimer tous les « mode automatique, ColorSmart… » et désactiver toute gestion de couleur ou de profil. (Désactivé profil IC ou profil ICM ; voir la doc de l’imprimante)

 

impression1

Un petit truc à rajouter : le fait d’interdire à l’imprimante de gérer les couleurs ne dispense pas de paramétrer le reste comme le type de papier mat ou brillant, sa qualité, le type d’impression (bouillon, haute qualité…).

Quand on veut imprimer dans PS, on passe par le menu Fichier>Imprimer. Dans le panneau de gestion de l’impression on voit :

impression2

-Le profil de la photo (1) , remarquez qu’on ne l’a pas changé, c’est toujours le profil incorporé à la photo (Adobe RGB ou Prophoto par exemple).

-Traitement des couleurs (2) : on indique à Ps qu’il doit gérer les couleurs (pas l’imprimante).

-Profil de l’imprimante (3). C’est là qu’on indique le profil ICC de l’imprimante.

Enfin il faut choisir le mode de conversion (relatif ou perceptif) et cocher la compensation du point noir. Le photographe doit plutôt choisir « perceptif » pour respecter les différences de teinte entre couleur ou bien le mode « relatif ».

Pour certaines encres il faut un très long temps de séchage pour que les couleurs soient définitives.

Pour avoir une idée de ce que donnera l’impression on peut faire un « épreuvage » (Softproofing).

Imprimer dans Lightroom.

Pour ceux qui ont un flux de travail LR>PS>LR, ils utilisent Lightroom pour imprimer.

Lightroom est très souple aussi pour imprimer (certaines modifications comme l’application de cadre blanc est même beaucoup plus facile dans le module d’impression) ; et il y a les mêmes paramétrages sous une présentation différente.

Lightroomimpression.JPG

 

Philippe LASSERRE Marc 2019.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.